Actualités du post-urbain

Les acteur-ice.s de la société post-urbaine s'attachent, depuis 18 mois à configurer une société écologique post-urbaine. L'enjeu est se projeter, avec claivoyance, vigilance et assurance, dans un monde qui repose sur des alternatives sérieuses au capitalisme d'État, à la mondialisation urbaine, aux oppressions et prédations que toustes les vivants subissent jour après jour. 

Loin de n'être qu'une organisation réfléxive et théorique, la Société écologique du post-urbain met l'action au coeur de sa démarche. Afin d'anticiper et d'engendrer un véritable projet politique biocentré, juste et alternatif, des initiatives collectives voient le jour, permettant de façonner d’autres formes d’organisation spatiale harmonieuses.

1. "Le post-urbain dans les aspirations et motivations des urbain.e.s". Enquête sur les besoins et désirs de quitter les grandes villes

Capture d’écran 2022-04-14 à 12.04.41.png

⇨ Pour télécharger les résultats de l'enquête au format pdf c'est ici


2. Exercice participatif dans le cadre des États généraux : toile participatie sur la taille limite des vi(ll)es

Comment imaginer une géographie post-urbaine ? Quels sont les écologies et les paysages de territoires-type, ceux qui permettraient d’accueillir les populations ayant quitté les grandes villes ? Cet exode qui ne serait pas celui d'une installation de (com)plaisance mais bien celui d'un repeuplement avec toutes les problématiques d'installation, d'occupation et d'alimentation attenantes à cette dynamique.

Imaginer ensemble les espaces et les lieux d’une société post-urbaine, c'est ce qui a été proposé de réaliser avec 130 participant.e.s lors des Etats Généraux d’octobre 2021 à Nedde dans le Limousin.

Voici les résultats et les illustrations des solutions proposées, parfois drôles et décalées, mais laissant toujours transparaitre des réflexions et des désirs de ce que serait une vie loin des métropoles et des modes de vies urbains qu'elles imposent. C'est également l'occasion de mettre en dessin et en discussion les expériences de chacun.e.

Capture d’écran 2022-04-14 à 12.12.53.png

⇨ Pour télécharger la toile participative au format pdf c'est ici 


3. Tribune parue dans Libération, signée par 36 chercheureuses et enseignant.e.s de sciences humaines et sociales, agronomie, sciences de l'écologie et en provenance de 14 universités et établissements français de recherche.

Comment habiter à la mesure de la terre/Terre ? C’est l’objet de cette tribune. 

Quel constat ? Au nom de la souveraineté alimentaire et de l'indépendance énergétique, les choix politiques de l'Etat sont plus que jamais ceux du productivisme, du solutionnisme technologique d'où adviennent les conflits : des soulèvements de la terre, des ZAD et des oppositions citoyennes aux grands projets inutiles et aux politiques qui créent partout des territoires qui ne peuvent plus faire lieu, qui ne peuvent plus faire lien.

L’alerte : La cohésion sociale se fragmente, le sens même d'habiter est menacé par une économie de la démesure. Or, d'autres voies se dessinent, nourries d'énergie humaine, culturelle, sociale, sensible. Celles d'une économie nourricière consistant à désartificialiser les sols pour ré-empaysager les territoires, à désurbaniser les terres pour ré-empaysanner la société, à fonder le post-urbain plutôt que le post-humain.

Tout ceci pour permettre aux sociétés humaines de vivre en et par des paysages nourriciers, et d'habiter décemment la terre… en ménageant la Terre.

⇨ Pour lire la tribune : https://www.liberation.fr/idees-et-debats/tribunes/habiter-la-terre-menager-la-terre-20220401_U3QI6JXCB5EPTF52NGNBC47FVU/