/
Blog

[Contribution] Villes moyennes, une diversité menacée

Publié le

Par Damien Deville, géographe et anthropologue de la nature. Doctorant à l’université Paul Valéry - Coprésident de l‘association AYYA.

Si les villes moyennes ont été pendant oubliées des politiques gouvernementales et des démarches scientifiques, elles semblent depuis peu renouer avec le débat public. Et pour cause, elles constituent un vestige de la diversité territoriale, appréciée dans l’imaginaire collectif et pourtant en danger. Alors que les regards portés sur les villes moyennes sont souvent emprunts de catastrophisme, mettant en avant leurs difficultés économiques et sociales, nous proposons dans cette note d’inverser le regard : si nombre de villes moyennes sont aujourd’hui sujettes à des difficultés, elles sont également, par les pratiques habitantes qui s’y déploient, des territoires de créativité et d’émancipation. Dans l’article qui va suivre, je propose de considérer les moyennes comme des « villes ordinaires »[1], pour paraphraser la géographe sud-africaine Jennifer Robinson, c’est à dire des villes qui sont en mesure, au même titre que les métropoles, d’enrichir la pensée urbaine et les politiques de valorisation de la diversité territoriale. Pour cela il convient d’appréhender les villes moyennes dans leurs complexités en accusant, bien sûr, les causes et les manifestations des difficultés qu’elles rencontrent mais également en rendant visibles et dicibles les pratiques créatives qui les constituent.  Enfin, je souhaite argumenter une idée nouvelle : par les conditions d’intimité qui émergent de leur spatialité resserrée, par les liens sociaux qui structurent les espaces publics, mais également parce que leur taille intermédiaire permet d’agencer de manière pertinente des démarches de développement à l’international tout en restant ancré dans des plus-values régionales, les villes moyennes constituent une catégorie pertinente pour penser l’écologie territoriale.

I - Villes moyennes, une catégorie ambiguë

Sur le territoire national, les villes moyennes constituent un ensemble d’importance tant sur le plan démographique que pour leur rôle dans le fonctionnement et la structuration des espaces régionaux. Si les chiffres changent en fonction des sources et des experts, on peut dire sans crainte que les villes moyennes se caractérisent par des aires urbaines allant de 30 000 à 200 000 habitants. Suivant ce découpage, ces dernières regroupent plus de 25% de la population de l’ensemble du territoire français (DIACT, 2007). Si les villes moyennes sont toutes intégrées au sein d’une unique catégorie d’action politique[2], elles sont caractérisées par une importante diversité quant à leur rapport aux territoires. Certaines villes sont incluses dans des espaces dominés par de grandes agglomérations et participent à la vie des espaces métropolitains (Vitry sur Seine, Saint Denis, Villeurbane, Versailles). A contrario, d’autres villes, davantage isolées, se structurent par une autonomie relative (Limoges, Niort, Nevers, Cherbourg ou encore Bastia). D’autres, par leurs histoires, régulent l’espace à l’échelle d’un département voire d’une petite région (Besançon, Caen, La Rochelle, Agen). Enfin certaines d’entre-elles se situent dans une situation de dépendance vis à vis d’une grande ville et polarisent à leur tour d’autres villes moyennes (Annecy vis-à-vis d’Annemasse, de Thonon-les-Bains, de Cluses et de Sallanches). Les villes moyennes renvoient à des métabolismes extrêmement variés d’un territoire à l’autre.

En France, les politiques urbaines, relativement centralisées, ont entrainé la construction d’un système urbain comme relevant d’une organisation managériale avec une structure fortement hiérarchique. De fait, le système urbain français est pensé et développé par les rapports hiérarchiques que les villes entretiennent entre elles. Les villes moyennes, étant uniquement définis par une taille démographique, se situent souvent de manière spécifique dans l’organigramme urbain français. En fonction des régions et des départements, elles sont soit positionnées dans une situation de relégation face à une métropole structurant la grande majorité des flux économiques (Alès par rapport à Montpellier, Saint Etienne par rapport à Lyon), soit caractérisées par une fonction motrice dans l’organisation administrative du territoire (la Rochelle pour le département de la Charente Maritime, Perpignan pour le Sud Languedoc).  Malgré tout, cette approche par la hiérarchie urbaine occulte la diversité des trajectoires historiques et des fonctionnalités des villes moyennes. Dans la plupart des cas, ces dernières sont contraintes à suivre le mouvement des grandes métropoles et la centralisation des compétences à l’échelle des grandes régions : elles sont condamnées à des fonctions de complémentarités territoriales limitant d’autant plus leurs autonomies et leur capacité à arbitrer leurs choix économiques et sociaux.

Cette définition politique relativement hermétique à la diversité territoriale, se double d’une représentation sociale ambiguë dans l’imaginaire collectif. Si les villes moyennes semblent appréciées pour leur cadre de vie, elles sont également redoutées par les faibles opportunités qu’elles proposent. Dans un article scientifique M. Michel faisait remarquer déjà en 1977 que les villes moyennes font l’objet d’une description « affective et flatteuse où elles ressortent parées d’attraits, de qualités et de vertus »[3]. Leur modeste taille facilitant les rencontres, l’accès direct à des lieux de nature et les rapports sociaux relativement pacifiés sont autant de facteurs qui permettent, dans l’imaginaire collectif, d’accéder à un bien vivre. Cependant, ces qualités se transforment rapidement en défauts lorsque que l’on souhaite penser la compétitivité d’un territoire : le calme et la douceur deviennent rapidement un manque d’imagination, l’harmonie apparente devient du conformisme, et la stabilité démographique cache parfois en creux un manque crucial de capacités entrepreneuriales. Finalement le caractère ambigu des « qualités » que l’on prête aux villes moyennes les rend particulièrement sensibles aux choix politiques locaux comme nationaux.

Ces difficultés tant scientifiques que sociales, donnent aux villes moyennes un statut « d’objet réel non identifié » pour paraphraser le géographe Roger Brunet[4]. « Réel » car ces villes s’apparentent à une réalité spatiale : une catégorie de ville qui ne peut s’apparenter ni à un centre d’intérêt local (souvent propre aux petites villes et aux villages à forte typicité), ni à une agglomération disposant de réelles capacités d’organisation et de régulation à l’échelle nationale ; « non identifiés » car l’éventail des fonctions et des attributs des villes moyennes varie extrêmement d’un contexte territorial à l’autre. Ainsi la représentation collective des villes moyennes et la nécessité de les penser comme une catégorie politique propre, produisent l’image faussée d’un ensemble homogène. Pourtant, comme nous l’avons vu, les villes moyennes recouvrent des réalités multiples tant d’un point de vue sociale que démographique.

II - L’étau de la désindustrialisation et de la métropolisation

Comment expliquer la situation de relégation que connaissent aujourd’hui un certains nombres de villes moyennes ? Si chaque territoire se caractérise par des trajectoires qui lui sont propres, de nombreux auteurs s’accordent pour mettre en exergue le rôle prépondérant des démarches de désindustrialisation et des politiques de métropolisation.

Longtemps niées, les données françaises sur la désindustrialisation font aujourd’hui figure d’apparat. Entre 1962 et 2012, la proportion d’ouvriers est passée de 39% à 23% des actifs. Cette tendance s’explique par la rapide transition de la France vers l’économie des services. Néanmoins cette même transition a fait émerger des inégalités nouvelles dans l’accès à l’emploi : alors que le chômage affecte 14,4% de la classe ouvrière, elle est  de 10,3% chez les employés et « seulement » de 3,7% pour les cadres supérieurs. De manière générale, l’industrie a perdu 71 000 emplois par an, soit deux millions d’emplois entre 1980 et 2007. Dans ce même laps de temps, le pays a comptabilisé la fermeture de 1357 usines alors que l’ouverture d’usines nouvelles (un peu plus de 800 au cours de ces mêmes années) déployait des unités de production beaucoup plus petites que les précédentes accentuant d’autant plus la paupérisation de l’emploi industriel[5]

Les facteurs qui expliquent le déclin industriel de la France sont nombreux et souvent corrélés les uns aux autres. La libéralisation des échanges a permis une importante délocalisation des appareils productifs dans des pays à faible coût de travail. Malgré une bonne productivité horaire, le coût du travail reste en France 8 fois plus élevé qu’en Roumaine et 25 fois plus élevé qu’en Chine (INSEE 2017). Les marchés haut de gamme dans les productions françaises restent relativement peu développés au profit d’une production de moyenne gamme très facilement concurrencée par les pays étrangers. Enfin les petites industries françaises restent relativement peu internationalisées diminuant d’autant plus les capacités d’exportation des produits industriels français sur les marchés internationaux (3,4% en 2010 contre 6% en 1990)[6].

Si les métropoles ont été relativement peu touchées par l’érosion de l’industrie, c’est parce qu’elles ont effectué une rapide transition vers l’économie des services. Aidées par des politiques gouvernementales misant sur la compétitivité territoriale, les métropoles se sont rapidement pourvues de centres de recherche et d’innovation, d’une administration centralisant les compétences à l’échelle régionale, d’une importante capacité à investir dans des hubs économiques et d’une performante déserte en transport public. Paradoxalement, si la France s’oriente depuis peu vers de timides politiques de décentralisation, les compétences se centralisent de nouveau autour de villes royaumes (en l’occurrence les métropoles) qui par leur potentiel attractif phagocytent la diversité des territoires.

De manière générale, les évolutions de la société post-industrielle ont relégué de nombreuses villes moyennes. En outre, les effets des restructurations industrielles sont beaucoup plus dévastateurs dans les villes qui se sont inventées des décennies durant par une dépendance majeure à une activité industrielle voir à une seule entreprise. Face au manque de diversité de leur tissu économique, nombre de villes moyennes ont vu leurs capacités d’adaptation d’autant plus réduites. Certaines d’entre-elles se sont même vu perdre une partie de leur population, faisant émerger une nouvelle catégorie académique et politique : les « villes en décroissance »[7].

III - Les maux de la précarité.

En arrivant dans une ville moyenne, le promeneur est souvent surpris de découvrir, par endroit, un paysage de « crise » qui donne à voir les plaies d’un héritage industriel et d’un certain enclavement géographique.

La dévitalisation des cœurs de ville et la fermeture croissant des commerces, constitue l’un des maux les plus impressionnants de la précarité de certaines villes moyennes. Si le taux de vacance commerciale à l’échelle nationale a tendance à légèrement augmenter ces dernières années - 7,2% en 2012 contre 9,3% en 2015[8]  – la conjoncture se dégrade dans les villes moyennes : pour les villes de moins de 200 000 habitants, le taux de vacance commercial est de 11,5% à l’échelle nationale et peut dépasser les 15% dans certaines localités. Selon la fédération Procos, qui mène chaque année des recensements sur les taux de vacances commerciales, un seuil de vacance au-dessus de 10% témoigne d’une tendance structurelle au déclin commercial[9]. Si certains commerces réussissent à pérenniser leurs activités en cœur de ville, il serait trompeur de dire qu’ils témoignent d’une certaine stabilité de la vitalité économique de la commune. Mes travaux de recherche, m’ont montré que nombre de commerçants, s’ils gardent leurs magasins ouverts par amour du métier et de leur ville, n’arrivent pas réellement à vivre confortablement de leurs activités. C’est notamment le cas pour les commerces « de niche » proposant à leurs clientèles des produits originaux et de qualité (boutique de thé, concept store, savonnerie, etc.). Bien que les mairies mettent souvent en place des politiques de soutien aux petits commerçants par le biais de subventions régulières, ces dernières restent souvent trop faibles pour permettre aux commerçants d’investir dans la diversification de leurs activités, et ont surtout tendance à renforcer des mécanismes de dépendance envers les institutions municipales[10].

Davantage que la vacance commerciale, c’est une partie du parc urbain des villes moyennes qui semblent généralement se paupériser. Une nouvelle figure de l’urbain émerge : le quartier pauvre. Ce dernier se caractérise avant tout par une dimension paysagère : les symptômes sont visibles, ils donnent à voir au regard du promeneur une dégradation avancée du bâti et des espaces publics. Il semble exister des marques paysagères caractéristiques des quartiers pauvres, se reproduisant à l’identique à travers les pays occidentaux. Le sociologue Loïc Wacquant décrie la physionomie marquante de ces quartiers, en France comme aux Etats Unis, par des vitrines brisées, des parcelles parsemées de déchets et de décombres, d’anciennes usines aujourd’hui abandonnées, des graffitis aux messages de révolte partout sur les murs[11].

Malgré tout, dans les villes moyennes, tout ne fait pas office de quartiers pauvres. Il existe des quartiers aux logements pavillonnaires, aux villas avec piscine et aux jardins au charme typique de la diversité des régions. La vie y semble heureuse.  Au fond ces différences de physionomie traduisent l’ambivalence des villes moyennes d’aujourd’hui. Si l’emploi est en berne, résistent des structures de travail à fort capital culturel et social, elles-mêmes le plus souvent capables d’innovation et de créativité : des entreprises de service fleurissent pour une clientèle devenue minoritaire mais toujours présente, et l’emploi public propose des missions de revitalisation de la ville à un corps de cadres territoriaux. Dans les villes moyennes, peut-être plus qu’ailleurs, se dessine un fossé de plus en plus profond entre la misère et la richesse, entre les pauvres et la bourgeoisie, entre les quartiers HLM et les quartiers pavillonnaires.

Les villes moyennes produisent donc une forme de bicéphalie entre un monde qui va bien et un monde qui va mal. Au cours de mes analyses ethnographiques dans différentes villes moyennes, je me suis rendu compte que ces deux visages ne dialoguent que très peu entre eux, c’est comme s’ils n’étaient pas nourris par le même corps. Pire, le fossé qui sépare ces différentes catégories sociales semble infranchissable, les visages des villes moyennes sont catégorisés, hiérarchisés et relativement hermétiques l’un à l’autre, au point que, le plus souvent, les richesses ignorent l’existence des pauvretés. D’un côté le corps de la « bête » est composé de chercheurs, d’intellectuels de gauche comme de droite, d’entrepreneurs dynamiques et de cadres territoriaux motivés et motivants. De l’autre, ce sont les associations de réinsertion, les commerçants qui n’arrivent plus à vivre de leurs métiers, les jeunes des quartiers et les « restos du cœur ». Si on l’on retrouve des inégalités dans l’intégralité des territoires français et européens, dans les villes moyennes la fracture sociale semble davantage visible. Chaque visage a également ses lieux. Les mas des villages et autres maisons typiques pour le premier, les laboratoires des écoles, les start-ups du coin, les parties de baignade et de sport en plein air dans l’arrière-pays, les weekends à la plage ou au ski en fonction des régions, les boutiques des métropoles les plus proches le samedi après-midi. Pour le second, les dynamiques territoriales restent bien souvent cantonnées aux bancs dans les quartiers HLM, aux kebabs du coin, aux parcs du centre-ville, aux petits emplois, aux files d’attente interminables chez pôle emploi. Les jeunes des quartiers ne sortent presque jamais de la ville si ce n’est pour quelques virées dans les boites de nuit courues de la région.

IV - La course impossible

Au fond, on retrouve dans les villes moyennes la complexité propre aux sociétés urbaines et les différents les stigmates de l’urbanité : des ségrégations spatiales qui séparent les différentes classes sociales en des quartiers qui offrent des visages très différents. Dans ce cadre, il devient intéressant de voir comment cette diversité est prise en compte dans les stratégies de communication des villes moyennes et dans les arbitrages politiques qui y sont opérés.

Si chaque ville met en place des stratégies politiques qui lui sont propres, des schémas reviennent régulièrement d’une ville à l’autre. De manière générale, les villes moyennes essayent actuellement de déployer leur développement à travers des politiques d’attractivité. Incitée par les différents gouvernements et par l’union européenne, la métropolisation reste pour la plupart la voie à suivre, et les villes moyennes investissent dans des marchés qui leurs permettront d’atteindre bientôt ce statut. Cette trajectoire, l’économiste spécialiste de l’urbain, Olivier Bouba-Olga, lui a donné le nom de « CAME » : Compétitivité, Attractivité, Métropolisation et Excellence.

Au fond, si l’envie de métropole des villes moyennes peut se comprendre, les investissements demandent aux pouvoirs publics de catégoriser énormément leurs actions et de les hiérarchiser à travers un gradient de priorités. Viennent en premier les dynamiques d’embellissement de la ville, les avantages fiscaux aux entreprises qui s’installent sur le territoire, le développement de grandes zones commerciales et le déploiement des hubs du numérique. On retrouve ici les schèmes des métropoles : ceux de la croissance démographique, de l’attractivité des talents et de la grandeur économique à travers les filières d’excellence du moment.

Pourtant, les trajectoires de métropolisation font émerger quelques biais. Olivier Bouba-Olga a démontré, à travers plusieurs analyses statistiques, que la performance des métropoles peut être réfutée[12]. Mais surtout, dans les villes moyennes, les politiques de chasse à l’investisseur coûtent souvent très chères et concernent majoritairement les « gens qui vont bien ». Si ces arbitrages peuvent faire émerger de très belles dynamiques d’innovation, la trésorerie des pouvoirs publics n’est pas infinie, et ces choix ont tendance à laisser pour compte les personnes peu diplômées, à faible capital culturel qui compose pourtant, dans certaines communes, la majorité des habitants. Face aux budgets limités, les actions sociales restent trop souvent de l’ordre du symbole. D’un autre côté, si l’attractivité des classes créatives peut servir de levier pour redistribuer les richesses, il est rare que cela déploie des dynamiques d’investissements réelles dans la commune. Le politologue Max Rousseau, dans une récente étude, s’est intéressé à la façon dont les cadres supérieurs dépensent leurs richesses dans la ville de Saint Etienne. Il s’est rendu compte qu’une grande partie du capital s’échappe de la commune par des pratiques habitantes qui dépassent de loin les simples frontières stéphanoises : les cadres territoriaux passent des weekends à la mer l’été et à la montagne l’hivers, et dépensent très régulièrement leur argent dans la proche métropole lyonnaise qui offre des commerces et des services davantage diversifiés[13].

L’un dans l’autre, la course à la métropolisation fragilise davantage les villes moyennes en participant à l’émergence de nouvelles injustices et inégalités. Pris dans l’étau d’un agenda de compétitivité forcée, et souvent plébiscité par les politiques gouvernementales, les pouvoirs publics se retrouvent souvent dans l’incapacité de légitimer leurs diversités territoriales.

V - Rompre avec la vision alarmiste des villes moyennes : vers des terres de créativité et d’écologie !

Mais alors, comment les villes moyennes peuvent s’extirper de l’idéologie de la « CAME » et ainsi affirmer davantage leur singularité ? Nous proposons dans cette partie de croiser différentes approches qui permettraient de mieux comprendre la diversité des villes moyennes. A mon sens, la cause de rupture majeure provient de la description qui est faite des villes moyennes dans les milieux scientifiques et politiques : alarmistes ils ont tendance à inhiber la complexité empirique des pratiques urbaines. Car, malgré les difficultés que nous venons d’exposer, les villes moyennes disposent également de beaux potentiels d’innovation et de création.

Il convient donc d’amener un regard nouveau sur les processus de création en vigueur dans les villes moyennes. Pour cela, un premier levier d’action se situe dans la mobilisation de la pensée urbaine. Dans son livre maître, la géographe Sud-Africaine Jennifer Robinson, en déconstruisant la pensée urbaine, démontre avec intérêt à quel point cette dernière a émergé presque uniquement par les modes de vie issues d’un modèle de ville particulier : la métropole des pays occidentaux. Il est indispensable de se démarquer de cette tendance qui consiste à faire croire que seules les grandes villes occidentales sont capables de nourrir la théorie urbaine et que les autres villes ne feraient (ou ne devraient) que suivre leur trajectoire.

Il convient ainsi de sortir de la dualité qui oppose métropoles et villes moyennes, villes développées et ville moins développées, ville active et ville dortoir pour enrichir la diversité des pratiques habitantes. Cela implique de promouvoir une production décentralisée du savoir mais également de remettre sur les cartes du développement les villes ignorées en délogeant le concept de modernité des métropoles.  Certains auteurs spécialistes de l’urbain, comme Karen Hansen et AbdouMaliq Simone, invite à prendre en compte l’interaction qui émerge des pratiques culturelles propres à chaque territoire et des défis économiques et sociaux auxquels ces derniers sont confrontés. Partir de ce postulat invite à considérer chaque ville, chaque quartier, comme disposant d’une pluralité de modes de vie qui lui est propre et que cette pluralité traduit autant de trajectoires possibles pour déployer un avenir collectif. Du côté des élus et des cadres territoriaux, partir du principe que les villes moyennes sont des lieux où les citoyens s’inventent des avenirs autonomes, offrirait davantage de possibilité d’intervention et de politiques créatives endogènes tout en sortant des schémas de reproduction des logiques métropolitaines. 

Dans ses récents travaux, l’économiste Olivier Bouba-Olga, rappelle que la plupart des villes moyennes disposent de nombreux atouts qui pourraient être sources d’innovations économiques et sociales : des situations géographiques prometteuses, une typicité charmante, des activités de plein air, ou encore la présence de ressources endémiques facilement valorisables sur des marchés de niche. À titre d’exemple, à deux pas de la commune d’Alès, les Cévennes offrent un territoire paysager unique où l’éco-tourisme pourrait prendre une place de choix. Plus spécifiquement, poussent dans les montagnes cévenoles de nombreuses fleurs endémiques aux propriétés intéressantes pour la gastronomie et pour l’industrie pharmaceutique. Les élus territoriaux commencent à y porter regard en développant de nouvelles filières agricoles : les plantes comestibles et pharmaceutiques actuellement cultivées en Cévennes s’arrachent sur les marchés européens avant même que la production est été mise en vente. En aval la filière créée de l’emploi pour différents niveaux de qualification (de la cueillette aux postes stratégiques) et revalorise un paysage agricole longtemps laissé à l’abandon[14]. Davantage que de développer, comme partout ailleurs, les industries du numérique et autres marchés à la mode, valoriser les avantages intrinsèques de chaque territoire pourrait permettre aux villes moyennes de renouveler leurs économies. Néanmoins il serait injuste de considérer l’avenir d’Alès uniquement sur des politiques de valorisation du territoire cévenol : ancien bastion industriel, la commune s’est inventée dans l’entre deux guerres par une attractivité à l’internationale basée sur l’économie du charbon et de la chaudronnerie. De nombreux travailleurs venus de la France et de l’étranger (pays du Maghreb notamment) ont participé à l’apogée économique de la commune. En ressort une commune d’une complexité rare : ancrée les montagnes cévenoles par la typicité de son arrière-pays, elle est également caractérisée par une importante cosmopolité. Affirmer la diversité de cette commune par un dialogue permanent entre son ancrage territorial et sa mixité sociale ouvre des réflexions politiques pertinentes pour repenser les villes moyennes dans leurs complexité.

Certains auteurs vont encore plus loin en allant jusqu’à considérer les processus de crises urbaines de manière positive[15]. L’idée est ici de caractériser les problèmes sociaux et économiques des villes moyennes comme un état de fait relevant d’un changement de nature dont il faut tirer le meilleur parti. Ressort de ces villes des espaces d’expérimentation où il est possible de construire de nouveaux usages et de nouveaux modes d’habités à travers des politiques innovantes de durabilité. Mais davantage que les pouvoirs publics, les opportunités peuvent également venir des énergies citoyennes. Les friches urbaines par exemple, très présentes aujourd’hui dans les villes moyennes, peuvent être source d’appropriation et de déploiement de projets répondant aux nouvelles attentes individuelles et collectives. Le géographe Charles Ambrosino, dans un article paru en 2008, avance l’idée que la non prise en compte de certains espaces dans les processus de planification urbaine est propice à un temps veille[16]. Laissées à une évolution intrinsèque, les friches urbaines deviennent alors des espaces de réappropriation diverses de la part des citadins pour y porter de nouvelles activités culturelles, sociales, environnementales et artistiques. Véritable levier temporel, il peut arriver que ces nouveaux modes d’occupation, d’abord informels voir illégaux, soient ensuite réappropriés par les décideurs publics en les intégrant dans des politiques innovantes d’aménagement territorial.  Le projet citoyen devient alors partie prenante de la stratégie territoriale. Egalement ces espaces peuvent attirer certains investisseurs et créer de l’emplois. À Détroit aux états Unis, ville devenue cas d’école des processus de déclin urbain, des entreprises, attirées par des acquisitions foncières à des prix défiants toute concurrence, déploient des activités innovantes sur de grands espaces. A titre d’exemple, le millionnaire John Hantz a récemment acheté plusieurs hectares pour développer une grande ferme urbaine à fort potentiel productif[17]. Ces dynamiques de retours à la terre et d’appropriation des espaces vacants ont pour conséquence de changer l’image d’une ville et de la rendre de nouveau attractive. Néanmoins, la diversité des publics qui convoitent ces espaces vacants, entraine parfois l’émergence de nouveaux conflits territoriaux qui s’enracinent dans des visions différenciées de ce qui fait la ville durable et la ville citoyenne[18].

Enfin une dernière piste de réflexion réside dans le métabolisme territorial propre à chaque ville moyenne. Leur taille « humaine », leur relative proximité avec une nature et un terroir singulier, en font des villes où peuvent se structurer de nouveaux processus écologiques et sociaux : une démocratie locale dans les quartiers, l’émergence d’un bien vivre en ville, une ouverture paysagère vers des espaces naturels et agricoles, des fabriques citoyennes, et pourquoi pas une certaine autonomie alimentaire et énergétique par un dialogue renouvelés entre ville et campagne, entre écologie et urbanité. Si les travaux tant scientifiques que politiques manquent à ce sujet, il y a mon sens une hypothèse à développer pour enrichir les opportunités des villes moyennes.

Conclusion

Se joue aujourd’hui dans les villes moyennes une complexité quotidienne qui s’invente entre précarité et créativité, entre relégation et autonomie.  Au fond, les villes moyennes concentrent à la fois les maux et les espoirs de notre temps. Oubliées pendant longtemps des pouvoirs publics et des démarches scientifiques, de nombreuses villes moyennes concentrent aujourd’hui des processus de précarité et de paupérisation. Prisonnières de la trajectoire de la métropolisation, imposée actuellement par les gouvernements, ces villes sont souvent prises dans l’étau d’arbitrages politiques en faveur de l’attractivité aux détriments de leurs spécifiés. Néanmoins tout ne va pas mal dans les villes moyennes, et ces dernières constituent également des terres d’innovation et de progrès renouvelé. Car s’il y a bien un intérêt que soulèvent les villes moyennes, tant dans la pensée scientifique que dans l’action politique, c’est qu’elle offre une image inversée du modèle de métropolisation. Alors que la métropole est synonyme de stress urbain, de surconcentration et d’augmentation des inégalités, de pollution et d’un certain manque de nature en ville, la ville moyenne quant-à-elle constitue un avatar du « bien vivre ».  Réaffirmer cette complexité aux regards d’analyses nouvelles et d’action tant politiques que citoyennes ambitieuses, c’est actionner un cosmopolitisme territorial. En affirmant de nouveau leurs identités, les villes moyennes ont une carte à jouer pour déployer des politiques publiques davantage équitables. Et c’est peut-être là, le principal espoir des villes moyennes : leur taille intermédiaire permet de faire émerger en leur sein des espaces d’expérimentation de l’écologie citoyenne et politique.

NOTES

[1] Jennifer Robison, « Ordinary Cities : Between Modernity and Development ». Editions Routledge, 2005.

[2] Frédéric Santamaria, « les villes moyennes françaises et leur rôle en matière d’aménagement du territoire : vers de nouvelles perspectives ? ». Article scientifique publié dans Norois, Environnement, aménagement et société, numéro 223, 2012.

[3] Michel Michel, « ville moyenne, ville-moyen ». Article scientifique publié dans « Annales de Géographie », numéro 478, 1977.

[4] Roger Brunet, « Territoires de France et d’Europe. Raisons de géographe ». Edition Belin, 1997.

[5] Données statistiques issues du livre du géographe Depraz Samuel, « La France des marges », éditions Armand Colin, 2017.

[6] Ibid.

[7] A ce titre, voir l’excellent dossier dirigé par Vincent Béal et al, « villes en décroissance » sur le site de « Métropolotiques »

[8] Données statistiques issues de Codata 2015, traitées par Procos 2016.

[9] Olivier Razemon, « comment la France a tué ses villes ». Edition Rue Echiquier, 2017.

[10] Enquêtes ethnographiques de terrain menées par Damien Deville entre 2015 et 2018 dans plusieurs villes moyennes du Sud de la Frane.

[11] Loic Wacquant, « Parias urbains. Ghetto, banlieues, État ». Editions La Découverte, 2006.

[12]Bouba-Olga Olivier, « Dynamiques territoriales - Eloge de la diversité » Editions Atlantique , 2017.

[13] Max Rousseau, « Redéveloppement urbain et (in)justice sociale : les stratégies néolibérales de « montée en gamme » dans les villes en déclin ». Justice spatiale | spatial justice, n° 6 juin 2014.

[14] Dans les Cévennes, seules 5% des châtaigneraies sont aujourd’hui toujours cultivées.

[15] Florentin Daniel, Fol Sylvie et Roth Helen, « La stadtschrumpfung ou « rétrécissement urbain » en Allemagne : un champ de recherche émergent ». Cybergeo : European Journal of Geography, Espaces, Société, Territoire, 2009.

[16] Amborsino Charles et Andres Lauren, « Friche en ville : du temps de vielle aux politiques de l’espace ». Espaces et sociétés, vol. 134, no. 3, 2008, pp. 37-51.

[17] Bernot Elsa, « Détroit, la vacances convoitées ». Chimère, volume 82, 2014.

[18] Paddeu Flaminia, « Sortir du mythe de la Panacée. Les ambigüités de l’agriculture urbaine à Détroit ». Métropolitique, 13 Avril 2017.

Illustration: Poitiers par pictr73 (licence Creative Commons 2.0)