/
Evénements

[Conférence] Où en sont l'altermondialisme et le FSM?

Le

Séminaire organisé par la Fondation Copernic, la Fondation Gabriel Péri, l'Institut Tribune Socialiste, la Fondation de l’Écologie politique, la Fondation Pour un Autre Monde et Espaces Marx.

Capture d’écran 2021-02-09 à 12.25.18.jpg

Où en sont l'altermondialisme et le Forum Social Mondial?

Réunion-débat en Webinaire

le Mercredi 17 février 2021 à 18 heures

Avec

  • Christophe Aguiton, membre d’ATTAC et l’un des fondateurs des Forums Sociaux Mondiaux,
  • Boaventura de Sousa Santos (sous réserve), professeur à l’Université de Coïmbra (Portugal), membre du Conseil international du FSM, auteur de «Epistémologie du Sud ; mouvements sociaux et critique de la science»,
  • Carminda Mac Lorin, coordinatrice du FSM de Montréal en 2016, membre du Conseil international du FSM, Directrice générale de Katalizo, Docteure en sciences humaines de l'Université de Montréal,
  • Chico Whitacker, architecte de formation, un des organisateurs du premier Forum social mondial à Porto Alegre en 2001, membre du Conseil international du FSM.

Débat animé par Gus Massiah (Fondation PAM)

Pour poser des questions écrites avant la séance, écrire à tania(@)gabrielperi.fr

Pour recevoir le lien de connexion, s’inscrire à l’adresse suivante:

https://us02web.zoom.us/webinar/register/WN_T0Ms4ywORrKPzx4n8iEyHQ

Le Forum Social Mondial virtuel qui vient de se tenir fin janvier 2021 a été un beau succès. Il a démontré la vitalité du mouvement altermondialiste. Par la participation (9500 inscrits de 144 pays dont 1300 associations) et par la qualité des débats à travers 800 activités (dont près de 150 sur des initiatives et des mobilisations).

De nombreux réseaux internationaux ont mis en avant la présence nécessaire d’une dimension internationale. C’est une réponse à la situation créée par la crise de la pandémie et du climat. A cette question éminemment mondiale les réponses ont été nationales et étatiques.

Les mouvements sociaux et citoyens ont réaffirmé leur refus d’une mondialisation néolibérale et capitaliste et ont mis en avant la nécessité d’une mondialité solidaire, celle d’un autre monde possible et nécessaire. La question posée est celle d’un nouvel internationalisme et d’un altermondialisme de notre époque.