• Energie
/
Evénements

Conférence franco-allemande sur l'énergie

Le

La Fondation de l’Ecologie Politique vous convie à un événement qu’elle co-organise le jeudi 28 novembre avec la Green European Foundation et la fondation allemande Heinrich Böll.

“L’Energiewende” ou “le nucléaire”?

De la coexistence à une vision commune pour une Europe des renouvelables

28 Novembre 2013, 11h – 17h30

Paris (Goethe-Institut, 17 Avenue d'Iéna, 75016 Paris) allemand – français (traduction simultanée)

La conférence est ouverte à tous dans la limite des places disponibles. Pour des raisons d’organisation, l’inscription est obligatoire auprès de contact@fondationecolo.org .

Depuis quelques années, la question de la transition énergétique s’est imposée, par-delà les différences nationales, dans l’agenda politique des principaux pays européens. Tandis que la politique de l’Union européenne en matière de climat et d’énergie marque le pas et que les élections européennes de 2014, sur fond de stagnation et d’austérité économiques, ne se présentent pas sous le meilleur jour, les écologistes européens de la Green European Foundation (Bruxelles), du bureau bruxellois de la Heinrich- Böll-Stiftung (Berlin), la fondation verte allemande, et de la toute nouvelle Fondation de l’écologie politique (Paris) consacrent une journée de conférences communes au sujet de la transition énergétique.

La transition énergétique, l’Energiewende en allemand, est une expression qui fait florès depuis quelques temps, en Allemagne comme en France et ailleurs. La décision de la chancelière Angela Merkel, suite à l ́accident de Fukushima, d’abandonner le nucléaire et, dans le même temps, les importants investissements dans les énergies renouvelables ont provoqué en Allemagne de nombreuses réactions. Tout en mettant ce pays à l’avant-garde de la transition énergétique, cette politique ne va pas sans objections et sans polémiques. Tandis que certains voudraient accélérer encore ce processus, d’autres, qui ne sont pas toujours des industriels, mettent en garde contre l’échec possible d’une transition qui ne prendrait pas en compte la nécessité de réduire la consommation d’énergie et de modifier les comportements des consommateurs. Par ailleurs, suite aux élections de septembre dernier, l’Energiewende est sur la table de négociations encore incertaines en vue de la formation du gouvernement sur la base d’une grande coalition entre la CDU et le SPD. Quoi qu’il advienne, l’Energiewende allemande a, sans aucun doute, le mérite d ́avoir lancé ce débat aussi bien à l’échelon européen qu’à l’échelon national.

Comparativement, la France est très nettement en retrait avec son modèle énergétique fondé sur la prépondérance du nucléaire. Certes, le Président Hollande s’est engagé, dans le cadre d’un accord électoral avec le parti écologiste, à réduire la part de l’énergie nucléaire de 75% aujourd’hui à 50% d’ici 2025 et, plus récemment, à diminuer la consommation générale d’énergie finale de 50% d’ici 2050. Au- delà de ces déclarations de principe, l’actuel gouvernement a surtout lancé, à l’automne 2012, un grand débat national sur la transition énergétique qui, de l’avis général, a été d’une remarquable qualité. Achevé en juillet 2013, ce débat n’a malheureusement pas donné lieu, faute d’engagement des représentants patronaux, aux recommandations attendues à l’adresse du gouvernement. Ainsi, le débat français hésite et la possibilité d’un véritable engagement de la France dans un processus de transition énergétique reste en suspens.

Au-delà du grand écart entre l’Allemagne et la France, la Commission européenne, longtemps à l’avant- garde de la réglementation sur les questions écologiques, s’efforce aujourd’hui de coordonner la politique énergétique en encourageant un marché intérieur de l’énergie et en fixant un cadre de discussion sur le climat et l’énergie à l’horizon 2030. Sur fond de préparation des élections européennes du printemps 2014, ces initiatives institutionnelles semblent bien éloignées de la question des économies d’énergie et de la justice environnementale qui devrait pourtant, dans la perspective d’une transition écologique, accompagner le passage aux énergies renouvelables.


Programme de la journée

11h00: Bienvenue & introduction des débats

(FEP – Catherine Larrère; HBS – Sergey Lagodinsky; GEF – Pierre Jonckheer)

11h30: Panel I - Où en est la France quant au débat national sur la transition énergétique ?

Introduction : Lucile Schmid, FEP, EELV

- Andreas Rüdinger, IDDRI

- Denis Baupin, EELV, Vice-Président de l' Assemblée Nationale

- Marc Jedliczka, co-fondateur de négaWatt et directeur général d’Hespul

- Jean-Louis Bal, Syndicats Énergies Renouvelables

Modération : Joël Spaës, Enerpresse

13h00 – 14h00: Repas convivial autour d'un buffet bio

14h00: Panel II - Où en est-on en Allemagne concernant la transition énergétique ?

Introduction : Bastian Hermisson, HBS EU Office

- Simone Peter, Co-présidente du parti « Bündnis90/Die Grünen »

- Stefan Bantle, Auswärtiges Amt*

- Niels-Sönnick Schnoor, Verbraucherzentrale Bundesverband

- Andreas Wieg, Bundesgeschäftsstelle Energiegenossenschaften

Modération : Guillaume Duval, rédacteur en chef d’Alternatives Economiques

15h30 – 15h45: Pause café

15.45 Panel III: Quel avenir pour une transition énergétique européenne avec le duo franco- allemand ?

Introduction : Pierre Jonckheer, Green European Fondation

- Rebecca Harms, députée européenne, co-présidente du groupe écologiste au Parlement européen

- Yannick Jadot, député européen EELV

- Anne Houtman, Commission européenne

- Célia Gautier, Réseau Action Climat France

 Modération : Bastian Hermisson, HBS EU Office

17h00-17h30: Conclusions & perspectives par les organisateurs

Au sujet des organisateurs:

FEP_LOGO_A_COLOUR (RGB).pngLa Fondation de l’Ecologie Politique (FEP) entend approfondir et diffuser la pensée écologiste. Elle est un lieu de réflexion, ouvert sur la société et le monde, inséré dans un réseau européen et international. La Fondation est un nouvel outil de diffusion et d’influence au service des idées portées par l’écologie politique. C’est, pour les écologistes, un lieu d’approfondissement de leurs idées et un lieu de débat qui défend les solutions écologistes auprès du public. www.fondationecolo.org


HBS300x231.pngLa Heinrich-Böll-Stiftung (hbs - la fondation politique verte de l’Allemagne) est une agence pour des idées et projets verts, un atelier pour la réforme politique et un réseau international. Elle travaille avec une centaine de partenaires dans plus de 60 pays et possède des bureaux dans 30 pays actuellement. Le bureau de liaison à Bruxelles maintient les contacts avec des ONG, associations et institutions européennes et internationales. www.boell.eu


GEF_300dpi_cmyk-200x196.pngLa Green European Foundation (GEF – la fondation verte européenne) est une fondation politique européenne financée par le Parlement européen. Indépendante selon ses statuts, elle est toutefois liée à d’autres acteurs verts européens, en particulier le Parti Vert Européen et le Groupe des Verts au Parlement européen. Comme les nombreuses fondations vertes nationales, la GEF encourage les citoyens à participer au débat politique européen afin de renforcer la démocratie participative européenne. www.gef.eu


Capture d’écran 2013-11-15 à 13.29.53.png

Au sujet de GET@EU

GET@EU (The German Energy Transition in the European Context) est un projet de coopération des bureaux de Berlin, Bruxelles, Prague et Varsovie de la Heinrich-Böll-Stiftung (hbs). Il s’agit de communiquer sur les opportunités et les défis de la transition énergétique allemande (l’Energiewende). Il s’agit également de renforcer un dialogue mutuel et constructif sur les impacts de la transition énergétique allemande sur les autres Etats membres de l’UE et de promouvoir une nouvelle vision pour la construction d’une transition énergétique européenne.

Cette conférence est un événement porté par la Green European Fondation, à ce titre, il reçoit un soutien financier du Parlement européen. Le Parlement européen n’est pas responsable du contenu du projet.