• Démocratie
  • Histoire de l'écologie
/
Blog

L'écologie enfin audible - Lucile Schmid dans Télérama

Publié le

Entretien avec TÉLÉRAMA de Lucile Schmid, présidente de la Fondation de l’Ecologie Politique, auteure du récent La France résiste-t-elle à l’écologie? (éd Le bord de l’eau).

Surprise lors du débat des primaires à gauche, l'écologie n'est pas restée dans les coulisses. Benoît Hamon en a même fait une stratégie de campagne. Le résultat de dimanche pourrait obliger les autres candidats à verdir leur programme.

C’est l’une des surprises de la présidentielle 2017 : jamais on n’a autant parlé d’écologie. Du jamais vu depuis … 2007, quand Nicolas Hulot et son Pacte écologique (signé par 730 000 personnes) avaient obligé les candidats à s’exprimer sur le sujet. Dix ans plus tard, et après avoir été largement absente des discours de la précampagne présidentielle et de la primaire de la droite, l’écologie fait à nouveau irruption dans le débat, au-delà de la seule candidature de Yannick Jadot pour Europe Ecologie Les Verts (EELV). En décembre, le site web du candidat des Républicains, François Fillon, affichait ainsi trente-cinq propositions « vertes » (« Environnement et transition énergétique »), tandis qu’à gauche, Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon, lors des primaires de gauche, ont fait de l’écologie un axe fort de leurs campagnes respectives, du développement des renouvelables, à la lutte contre les perturbateurs endocriniens ou la pollution de l’air aux particules fines... Alors, l’écologie serait-elle enfin devenue un sujet audible pour une campagne présidentielle ? Le Parti Socialiste, qui avait jusqu’ici choisi de faire sous-traiter la question par les Verts, est-il en train de faire sa conversion ? L’analyse de Lucile Schmid, présidente de la Fondation de l’Ecologie Politique, auteure du récent La France résiste-t-elle à l’écologie ? (éd Le bord de l’eau).

Depuis son entrée en campagne, Benoît Hamon a mis très fortement l’accent sur l’écologie. Le discours écologique devient enfin plus audible, au-delà d’EELV?

Effectivement, trois axes ont permis à Benoît Hamon de se démarquer des autres candidats, et tous trois sont relatifs à l’environnement ! Il y a ses propositions sur le revenu universel d’existence, qui a une longue histoire chez les écologistes et fait partie de leur corpus philosophique, de leur réflexion sur la relation au travail. Il y aussi sa volonté affichée de « changer de paradigme » sur notre modèle de développement avec un positionnement « post-croissance », et bien entendu, son choix d’aborder les questions plus spécifiquement environnementales, que ce soit les perturbateurs endocriniens, le développement des renouvelables, la lutte contre la pollution de l’air aux particules fines. Ce qui est intéressant, et inédit pour un candidat socialiste, c’est que cette conversion écologique est imbriquée dans l’ensemble de son projet politique. Benoît Hamon en fait un pivot essentiel, et non pas un thème à part, sectoriel, ce qui explique que son discours puisse attirer des personnes qui n’auraient pas voté spontanément pour un candidat du PS.

...

Jusqu’ici, le PS avait choisi de sous-traiter la question aux Verts. Le PS est-il en train de faire sa conversion écologique?

Il y a une telle incertitude sur ce qui va se passer… Le paysage politique français va-t-il rester dans la même configuration, avec les mêmes partis ? La question écologique est mise en avant au moment même où le paysage politique est en pleine reconfiguration, avec de nouveaux entrants, pour ne citer qu’Emmanuel Macron et sa candidature en dehors du PS ! Et puis, quand Manuel Valls et Benoît Hamon s’engagent à se soutenir mutuellement en ayant des programmes aussi différents sur la place de l’écologie, qu’est ce que cela signifie ?

J’observe en tout cas que le débat reste très fort au sein du PS. Grâce aux primaires, il est posé devant le plus grand nombre, devant chaque téléspectateur, et c’est passionnant. L’écologie oblige à reposer le contenu du projet sur le devant de la scène. Alors que depuis des années, on avait l’impression d’assister à des effets tactiques, des effets de manche, on se retrouve face à de vrais choix de contenu. Dans ce débat de la primaire, il y a eu plus de pensée que d’habitude, ce qui est une bonne nouvelle pour la santé de notre démocratie....

...

Quelles sont les conséquences de cette diffusion des propositions écologiques pour les Verts?

Dans les sondages, la candidature de Benoît Hamon est créditée d’un score plus élevé que celle de Yannick Jadot, qui porte les couleurs des Verts. Même si c’est une excellente nouvelle que plusieurs candidats fassent le pari, en 2017, d’un discours sur l’écologie, il est important que la candidature d’Europe Ecologie les Verts puisse, elle aussi, continuer à être portée. Car nous ne pouvons pas être seulement sur l’écologie de la promesse. Il est crucial d’être sur l’écologie de la réalité, sur ce qui a déjà été réalisé et qu’un candidat comme Yannick Jadot incarne parfaitement. Et ce d’autant plus que l’écologie prônée par Benoît Hamon ou Jean Luc Mélenchon reste encore beaucoup un discours de valeurs et de promesses…

Reste une autre question : si Benoît Hamon l’emporte dimanche, obligera-t-il tous ceux qui ne se sont pas encore vraiment exprimés sur les questions écologiques, comme Emmanuel Macron ou François Fillon, à enrichir leurs propositions ? Cela dit, d’ores et déjà, cette diffusion de l’écologie a marqué des points face aux discours sécuritaires, du populisme, de la peur… Il y a une espèce de force vive dans l’écologie qui fait du bien.

À consulter en intégralité sur Télérama.fr: http://www.telerama.fr/idees/l-ecologie-serait-elle-devenue-un-sujet-audible-pour-une-campagne-de-gauche,153292.php

Mots clés :