Newsletter

Événements

Tous les événements
  • Publications

    Note de la FEP #17 - Reprendre les lieux pour refaire monde. Une éco-politique post-urbaine

    Il est frappant de constater que surgit, au sein des sociétés urbaines massifiées et individualistes à la fois, une forme de sursaut vital favorisant proximités et en-commun, et relançant les lieux de vie. Quêtes de justice, émancipation, entraide, réappropriation s’imbriquent dans l’instauration de ce que peut le lieu. Ces dynamiques peuvent conduire à des relations élargies entre soi, l’autre et la Terre-Monde, à même d’établir des ressourcements à tous les niveaux : alimentation, santé, éducation, mobilité, habitat... Dans de telles expériences politiques et existentielles, à la fois sensorielles, cognitives, motrices, émotionnelles et citoyennes, se retrouve l’enjeu paradoxal des lieux comme puissance d’agir et de vivre ensemble, peut-être d’abord pour les sociétés post-urbaines.

    Lire la suite

  • Publications

    Les Notes de la FEP

  • Blog

    L'écologie relationnelle pour raccommoder les déchirures du monde

    L’essai Toutes les couleurs de la terre. Ces liens qui peuvent sauver le monde écrit par Damien Deville et Pierre Spielewoy est paru aux éditions Tana en janvier 2020. Les deux auteurs y proposent une « écologie relationnelle » dont ils posent, les fondements théoriques et politiques.

    Lire la suite

  • Blog

    Actualité éditoriale - Mars 2020

    Veille de l'actualité éditoriale de l'écologie politique proposée par la FEP

    Lire la suite

  • Publications

    Note de la FEP #16 - Déconstruire les imaginaires urbains

    Par Mathilde GIRAULT

    Alors que, proportionnellement à leurs populations, les villes concentrent consommation d’énergie, production de déchets ou émission de gaz à effet de serre (cf. Faburel, 2019, pour la FEP, note n°13), l’urbain est toujours promu comme la seule solution pour répondre aux enjeux écologiques, notamment sous la forme récente de la « ville intelligente » (cf. Jarrige, 2020, pour la FEP, note n° 14). Economies d’échelle, efficience dans la gestion des ressources ou encore transformation écologique des modes de vie, les villes nourrissent tous les espoirs d’une transition des environnements et des modes de vie.
    Pourtant, les annonces faites depuis les années 2000 d’un changement paradigmatique de l’urbanisme en réponse aux enjeux environnementaux (sous les traits momentanés d’un développement urbain durable) semblent de peu d’effets pour une mutation des expertises territoriales. Les environnements urbains ne cessent de se dégrader, tandis que des disparités spatiales se dessinent entre les pratiques environnementales des habitants en milieu urbain ou rural. Dès lors, le rôle prétendument salvateur des villes dans les scénarii et les politiques interpelle. Il semblerait y avoir quelques blocages à penser d’autres perspectives écologiques pour l’action territoriale que celles pensées pour le seul urbain. Parmi ces résistances, nos imaginaires associés à la (grande) ville semblent jouer un rôle fort.
    Ces imaginaires posent l’urbain comme structurant (1) de notre compréhension des enjeux, (2) de nos représentations de l’avenir et (3) de nos modes d’action. Questionner ce méta-récit de l’urbain nous permet alors de libérer les débats et actions politiques pour la prise en compte du vivant et de la biodiversité, la renaturation des territoires et le besoin social de liens renouvelés à la terre. Cela ne signifie pas pour autant que toutes les solutions proposées en dehors du méta-récit de l’urbain seraient nécessairement écologiques, mais il n’est plus à ce jour tenable de réaliser une transition écologique tant que l’urbain constitue notre seul opérateur réflexif du monde.

    Lire la suite

  • Démocratie /
    Blog

    [VIDÉOS] Le nouveau municipalisme

    Dans le cadre du cycle de séminaires organisé par six partenaires.

    Lire la suite

  • Publications

    Note de la FEP #15 - Mobilités urbaines durables : faux-semblants et alternatives

    Par Hélène REIGNER

    Promouvoir des alternatives pour s’orienter vers un système de transport et de déplacements écologiquement soutenable est désormais une priorité politique affichée à toutes les échelles de gouvernement (local, national, international). Cette priorité s’est traduite par un renouveau de la planification urbaine mettant l’accent sur la nécessaire interface entre urbanisme et transport. Au début des années 2000, la loi Solidarité et renouvellement urbains est ainsi venue renforcer la portée juridique des Plans de déplacements urbains (PDU) pour en faire un outil à même « d’intégrer dans le développement économique et les choix d’urbanisation, des enjeux de qualité urbaine et de protection de l’environnement, pour donner une priorité nouvelle aux autres modes de déplacement que l’automobile ». La prise en charge de cet enjeu consensuel a d’ores et déjà produit des inflexions notables des politiques publiques : réduction de la place de l’automobile dans certains espaces urbains, promotion de la marche à pied et du vélo, renouveau des objets du transport public notamment.
    Pour autant, les politiques contemporaines de transport et de déplacements ne sont pas dénuées d’ambivalences. Elles ne chercheraient pas tant à freiner globalement le système automobile qu’à déplacer la voiture en la canalisant sur des infrastructures routières de contournement. Autrement dit, si les politiques contemporaines en faveur de la mobilité durable aboutissent bel et bien à limiter les nuisances automobiles sur certains territoires urbains stratégiques et symboliques de la « ville où il fait bon vivre », elles continuent simultanément d’améliorer l’accessibilité automobile à l’échelle de la « métropole des flux » et d’alimenter la mobilité généralisée nécessaire à la croissance de nos sociétés capitalistes contemporaines.

    Lire la suite

  • Démocratie /
    Publications

    Note de la FEP #14 - L'impasse des smart cities

    Par François JARRIGE

    La « ville intelligente », traduction française de l’anglais « smart city », a désormais totalement envahi le langage des autorités métropolitaines, remodelé les choix politiques comme les visions de la ville du futur. Derrière cette ville dite « intelligente », il y a d’abord l’obsession pour les réseaux numériques censés permettre une optimisation des ressources comme des flux d’information et de matière. L’expression désigne en effet une ville qui développe les technologies de l’information et de la communication (TIC) pour « améliorer » la qualité des services urbains ou réduire ses coûts.
    Comme l’explique un rapport officiel rédigé par un élu ardent promoteur de la « république numérique », « il s’agit de construire une ville collaborative, contributive, disruptive, inclusive, créative »1. La « ville intelligente », désormais omniprésente dans la presse comme dans d’innombrables espaces de pouvoir, désigne un mode de développement urbain censé être plus résilient. Il s’agit d’affronter les immenses défis écologiques et sociaux en développant des outils de gestion des infrastructures communicantes afin d’étendre l’automatisation et ainsi améliorer la qualité de vie des citoyens, dans le respect de l’environnement. Censés offrir des réponses technologiques et numériques aux défis environnementaux du présent, la smart city devient peu à peu une grande idéologie, promue par d’innombrables experts et publicitaires, soutenue par les grands groupes industriels et les pouvoirs publics, vantés dans les médias et – depuis 2010 – dans un grand évènement annuel appelé le « Smart City World Congress ».
    Pourtant, au-delà des promesses sans cesse répétées, les réalisations semblent au contraire accélérer les dynamiques inégalitaires et anti-écologiques des métropoles futuristes. Surtout, avec la smart city, une nouvelle étape est franchie dans le brouillage du langage, dans la gestion automatisée de nos vies, et dans la relance du projet de modernisation productiviste de l’urbain.

    Lire la suite

  • Démocratie /
    Publications

    Note de la FEP #13 - De la métropolisation... au post-urbain

    Par Guillaume FABUREL

    Processus engagé depuis plusieurs décennies à l’échelle planétaire, la métropolisation est un des faits majeurs des mutations contemporaines, sociales et économiques, écologiques et politiques. Cette métropolisation affecte les grandes villes comme milieux et cadres de vie, et plus largement l’ensemble des territoires, qui sont dorénavant tous concernés par l’urbain. Cette note explicite une telle évolution, en livre les principales conséquences, et, sur cette base, s’ouvre aux ruptures possibles par l’écologie politique, pour alors envisager les conditions d’une société post-urbaine.

    Lire la suite

  • Blog

    [Parution] Extractivisme - Numéro spécial de la revue Ecologie & Politique n°59

    Extractivisme : logiques d’un système d’accaparement

    Lire la suite

  • Démocratie /
    Blog

    GRÈVE MONDIALE POUR LE CLIMAT → 20 - 27 SEPTEMBRE

    Mobilisons-nous pour la rentrée climatique et sociale les 20 et 21 septembre!

    Lire la suite

  • Démocratie /
    Publications

    Note de la FEP #12 - Interdire les armes nucléaires

    L’élimination des armes nucléaires fait partie des fondamentaux de la pensée écologiste. Les individus et mouvements qui s’en réclament ont participé à cette dynamique qui a permis d’arrêter les essais nucléaires, d’apporter reconnaissance aux victimes et aujourd’hui d’interdire ces armes de destruction massive…

    Lire la suite

  • Démocratie /
    Blog

    [Green European Journal] Nouveau numéro "2049: FUTUR OUVERT"

    Nous vous présentons ici une sélection en français d’articles parus dans le dernier numéro du Green European Journal.

    Lire la suite

  • Blog

    LA MARCHE DU SIÈCLE

    15 & 16 mars 2019

    Lire la suite

  • Blog

    [Publication] L'âge productiviste de Serge Audier

    Hégémonie prométhéenne, brèches et alternatives écologiques

    Lire la suite

  • Démocratie /
    Blog

    [Vidéos] Colloque Démocratie environnementale

    Une nouvelle expérimentation démocratique?

    Lire la suite

  • Blog

    André Gorz. Une écologie politique paradoxale. Par Catherine Larrère

    Compte rendu de André Gorz, une philosophie de l’émancipation de Françoise GOLLAIN, Paris, l’Harmattan (collection Ouverture philosophique), 2018.

    Lire la suite

  • Economie /
    Blog

    [Green European Journal] Interroger la centralité du travail avec André Gorz

    André Gorz, l’un des penseurs de l’écologie politique, doit également sa popularité à sa critique radicale du travail. Son exhortation, certes utopique, à « sortir du travail » nous offre l’occasion de réfléchir à ce que nous entendons par « travail » et à la place dominante que nous lui avons accordée.

    Lire la suite

  • Blog

    [VIDEO] ZOOPOLIS par Corine Pelluchon

    Conférence organisée par la FEP le 20 octobre 2018

    Lire la suite

  • Nature /
    Publications

    [PARUTION-OUVRAGE] Penser l'Anthropocène

    En librairie le 1er mars

    Lire la suite

  • Blog

    [VIDEO] Comment allier justice sociale et justice environnementale?

    Comment allier lutte contre les inégalités sociales et lutte contre les inégalités environnementales pour faire progresser la transition écologique?

    Lire la suite

  • Démocratie /
    Blog

    3 questions sur la démocratie aux champs

    Entretien avec Joëlle Zask

    Lire la suite

  • Nature /
    Blog

    Anthropocène et éthique de la terre - Entretien avec J. Baird Callicott

    Entretien avec le philiosophe américain John Baird Callicott au sujet de l'avenir de la philosophie environnementales et de l'Anthropocène.

    Lire la suite

  • Nature /
    Blog

    L'Anthropocène, la raison et l'amour - Entretien avec Dale Jamieson

    "Dans le contexte de crise écologique que nous connaissons, les enjeux environnementaux ne peuvent plus être ignorés par la philosophie traditionnelle."

    Lire la suite

  • Démocratie /
    Publications

    Comment saisir les inégalités environnementales?

    Éléments de déchiffrage en Seine-Saint-Denis

    Les catégories mises à l’épreuve des vécus

    Par Alice CANABATE

    Lire la suite

  • Démocratie /
    Blog

    3 questions sur l'éthique de la nature ordinaire

    3 questions à Rémi Beau sur l'éthique de la nature ordinaire

    Lire la suite

  • Nature /
    Publications

    [Publication] RECLAIM Recueil de textes écoféministes

    Textes choisis et présentés par Émilie Hache, postface par Catherine Larrère

    Lire la suite

  • Alimentation /
    Publications

    Les Notes de la FEP #10 - Agriculture urbaine

    Fonction alimentaire, sociale, écologique... qu'attendons-nous de l'agriculture urbaine?

    Lire la suite

  • Démocratie /
    Blog

    3 questions sur l’écocide avec Valérie Cabanes

    A l’occasion de la parution de son ouvrage Un nouveau droit pour la Terre. Pour en finir avec l’écocide (Seuil, Anthropocène), la FEP s’est entretenue avec Valérie Cabanes.

    Lire la suite